Vendredi, 6 mai 2011

PROCÈS TURCOTTE : LA MÈRE DES ENFANTS TÉMOIGNE AVEC ÉMOTION

L'ex-femme de Guy Turcotte et la mère de leurs deux jeunes enfants, tués par le cardiologue en février 2009, a a livré sa version des faits avec aplomb mais beaucoup d'émotion, jeudi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

 
Appelée à la barre au procès du médecin accusé de meurtres prémédités, Isabelle Gaston a énormément pleuré, surtout lorsqu'elle a évoqué ses enfants, Olivier, âgé de cinq ans, et Anne-Sophie, âgée de trois ans. Elle a dit aux jurés que Turcotte et elle se chicanaient tout le temps, et que leur relation était orageuse depuis une dizaine d'années. Il n'y avait ni communication ni tendresse entre les conjoints, a-t-elle ajouté. Mme Gaston a toutefois tenu à reconnaître sa part de responsabilité dans l'échec du mariage, affirmant qu'elle n'était pas "Blanche-Neige".

Elle a même entrepris une thérapie pour tenter de régler ses problèmes conjugaux, puisqu'elle était consciente qu'elle se lamentait souvent. Turcotte a également accepté de consulter des professionnels pour améliorer sa relation avec sa femme. Ensemble, ils essayaient notamment de gérer des différends concernant surtout l'éducation de leurs enfants. Isabelle Gaston a aussi expliqué qu'elle avait découvert à deux reprises que Turcotte avait fréquenté des sites Internet homosexuels. C'est une des raisons qui l'a poussée à le quitter, a-t-elle soutenu au procès. Elle l'a d'ailleurs fait brièvement à deux reprises, en 2001 et en 2008, avant de rompre avec le cardiologue définitivement au début de 2009.

Mme Gaston a raconté qu'en 2001, Guy Turcotte avait été violent avec elle lorsqu'elle lui a annoncé son départ. Il l'a poussée au mur et lui a donné une "claque". La mère des deux enfants a aussi soutenu qu'elle avait manqué de jugement lorsqu'elle a trompé son mari pendant quelques semaines avant de lui annoncer qu'elle vivait un nouvel amour.

LE VENDREDI 20 FÉVRIER

Isabelle Gaston a finalement raconté ce qui s'était passé dans les heures qui ont suivi le drame, le vendredi 20 février. Vers l'heure du midi, alors qu'elle s'apprêtait à quitter pour une fin de semaine entre amies à Charlevoix, elle a annoncé à son ex-conjoint qu'elle avait fait changer les serrures du domicile familial. Mme Gaston a soutenu ne jamais l'avoir entendu si en colère. Il lui a alors dit que si elle voulait la guerre, elle l'aurait. Elle croyait alors qu'il la punirait sur le plan financier, et ne s'est jamais imaginée qu'il poignarderait leurs deux enfants. Turcotte, qui se trouvait à quelques mètres de son ex-femme dans la salle d'audiences, a pleuré et sangloté durant toute la durée du témoignage.

Vers la fin de la journée, Isabelle Gaston s'est tournée vers lui et lui a dit, en le regardant dans les yeux, qu'il n'était pas un mauvais papa. Ce vendredi, un "coach de vie" sera appelé à la barre des témoins, le dernier de la Couronne. La semaine prochaine, Guy Turcotte pourrait être appelé à témoigner par la défense. S'il est reconnu coupable du meurtre prémédité de ses deux enfants, Turcotte sera automatiquement condamné à la prison à vie.
Cet article est classé sous :Procès Dr Guy Turcotte
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok