Jeudi, 10 septembre 2009

SERVICE INFORMATIQUE DE MONTRÉAL : 2 ARRESTATIONS

Décidément, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, n’aura pas une campagne de tout repos. Suite à une enquête interne datant de mai 2008, l’ex-chef de la Division du service informatique (DSI) de la ville, Gilles Parent, a été arrêté le 9 septembre, en compagnie de Benoît Bissonnette, un consultant privé. Tous deux ont accusés de fraude s’élevant à plus de 9 M$.

 
Selon l’enquête menée, une dizaine de firmes auraient bénéficié d’avantages fiscaux. Ces dernières sont maintenant tenues de rembourser ces sommes par voie de retenues sur les paiements. Outre l’accusation de fraude, les deux complices ont également été accusés d’abus de confiance, de complot et de fabrication de faux documents. Gilles Parent et Benoît Bissonnette ont été remis en liberté, sous promesse de comparution le 11 décembre prochain, moyennant une caution de 15 000 $, et ont dû remettre leur passeport. À la sortie du Palais de justice, l’avocat de Bissonnette a clairement indiqué que son client plaiderait non coupble. Pour sa part, Philip Schneider, l’avocat de Parent, ne s’est pas prononcé à ce sujet.

En instance, la Cour a exigé aux accusés de ne pas communiquer avec huits entreprises impliquées dans le dossier, soit Conseillers en informatique d’affaires C.I.A., Solutions Victrix, Systematix Technologies de l’information, OS4 Techno, la Société conseil Lambda, Stop Oxygen, C.P.U. Design, ainsi que Ressources systèmes informatiques (VRSI).

La Couronne a toutefois tenu à ramener la fraude à sa valeur réelle, étant donné les actions entreprises par l’administration municipale pour récupérer près de 3 M$. Les pertes se chiffreraient maintenant à 6,2 M$. La Ville se réserve également le droit de poursuivre les deux complices, afin de récupérer d’autres sommes d’argent ultérieurement.

Le président du Comité exécutif de la Ville de Montréal, Claude Dauphin, a toutefois tenu à préciser en conférence de presse que de nouveaux mécanismes améliorant la fiabilité de la facturation à la Ville ont été instaurés. « Par chance, l’administration municipale a agi promptement, dès qu’elle fût au courant de ces irrigularités », a-t-il mentionné en substance.

 

 

Cet article est classé sous :Fraude
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok