Mardi, 26 mars 2013

FILLE DES PURES CONSCIENCES

Plusieurs critiques et blogueurs sur l’art, se gargarisent et peignent la littérature française à leur manière.

 

Un peu comme l’art contemporain, les mots dans ce roman donnent à l’intellect la possibilité de faire ses propres conclusions.  Philippe Jarroussault, est passé maître de cet art de nous confondre et de nous faire réfléchir sur nous et sur les autres. Son dernier titre, Fille des pures consciences, en est la preuve. Il peint la vie et ne lésine pas sur le médium, il en ajoute couche après couche. Pour peu, la toile ne sècherait jamais, tellement les mots résonnes, même après avoir fermé le livre.

Pour écrire d’une telle manière, il faut être au diapason de ses émotions, composer les phrases comme on compose une symphonie. Ça tombe bien, car l’écrivain est aussi acteur, choriste, et bachelier en musique et encore plus. Les anges viendraient lui tenir la plume?

Voici l’histoire d’un amour vécu et foudroyant que l’auteur a choisi de nous partager. Sur toile de fond d’un Québec en plein effervescence, l’auteur a choisi de nous parler au féminin et avec une très grande sensibilité. Une histoire qui se déroule sur près de 20 ans. Une suite de rencontres quelques unes mémorables et d’autres à oublier…si cela est encore possible.

Philippe Jaroussault, a publié quatre titres dans la série des romanesques.

  • Fille des pures consciences
  • L’intime des sens féminins
  • L’enfance sans alibi
  • Diaule des amants musiciens

Sandra Paré, pour LaMétropole.com

Cet article est classé sous :Philippe Jarroussault Sandra Paré
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok