Lundi, 7 février 2011

UNE MAMAN PAS MAL HOT !

Tina Karr voyait sa relation de couple s’enliser dans la routine après vingt et un ans de mariage. Du coup elle a envoyé promener la mère en elle pour se transformer en redoutable séductrice… de son mari.

 
Les statistiques sont impitoyables. Après trois ans d’union, l’attrait sexuel prend le bord et souvent même deux années seulement après que la compagne ait donné naissance à son premier enfant. Tina Karr a connu ce que c’est que la flamme du désir qui n’est plus ravivée. Dans un livre au langage très direct, « Une mère en talons aiguilles », elle raconte sa métamorphose qui lui a permis de sauver son union, qui prenait l’eau. Elle est sourde aux commentaires des femmes qui s’interdisent de devenir des bimbos mais qui, par contre, sont drôlement exigeantes envers leur homme.

Ce qu’elles en font des reproches, ces femmes, à leurs hommes, les accusant de ne plus être capables de les émoustiller. Mais ce sont elles, avec leurs seins descendus, leur culotte de cheval, leur peau maganée. Comment voulez-vous que le mâle puisse encore réagir d’où vous savez. Les paresseuses ont toutes sortes d’arguments, que Tina décrit très bien en page 91 :

« On nous a enlevé le droit de devenir mère et de rester uniquement mère ». « On nous a enlevé le droit de grossir, de vieillir, de rider ». Et Tina de répondre par « tant mieux ». Finalement, Tina s’est arrangée pour investir sur sa personne. Elle qui était déjà dotée d’une jolie silhouette mais qui n’avait plus fait attention à la mettre en valeur est passée à l’attaque. Dans un premier temps, elle et son conjoint ont pensé qu’une petite visite chez les échangistes mettrait peut-être du piment dans leur libido. Mais ils se sont vite rendu compte que ce n’était pas ce qu’ils cherchaient

« C’est trop codifié et purement animal ». Par contre, le mari s’était rendu compte que pas mal d’hommes zieutaient celle qui s’était transformée en amazone, la nouvelle Tina. Elle-même n’en revenait pas de tant d’attention. En réalité, elle répondait dans le temps aux accusations d’un Charles Aznavour dans sa si cruelle chanson « Tu t’laisses aller ».

CHARLES AZNAVOUR : « TU T'LAISSES ALLER »

C'est drôle c'que t'es drôle à r'garder T'es là, t'attends, tu fais la tête Et moi j'ai envie d'rigoler C'est l'alcool qui monte en ma tête Tout l'alcool que j'ai pris ce soir Afin d'y puiser le courage De t'avouer que j'en ai marre De toi et de tes commérages De ton corps qui me laisse sage Et qui m'enlève tout espoir

J'en ai assez faut bien qu'j'te l'dise Tu m'exaspères, tu m'tyrannises Je subis ton sale caractère Sans oser dire que t'exagères Oui t'exagères, tu l'sais maint'nant Parfois je voudrais t'étrangler
Dieu que t'as changé en cinq ans Tu l'laisses aller, tu l'laisses aller

Ah ! Tu es belle à regarder Tes bas tombant sur tes chaussures Et ton vieux peignoir mal fermé Et tes bigoudis quelle allure Je me demande chaque jour Comment as-tu fait pour me plaire ? Comment ai-je pu te faire la cour Et t'aliéner ma vie entière ? Comme ça tu ressembles à ta mère Qu'a rien pour inspirer l'amour

D'vant mes amis quelle catastrophe Tu m'contredis, tu m'apostrophes Avec ton venin et ta hargne Tu ferais battre des montagnes Ah ! J'ai décroché le gros lot Le jour où je t'ai rencontrée Si tu t'taisais, ce s'rait trop beau Tu l'laisses aller, Tu l'laisses aller

Tu es une brute et un tyran Tu n'as pas de cœur et pas d'âme Pourtant je pense bien souvent Que malgré tout tu es ma femme Si tu voulais faire un effort Tout pourrait reprendre sa place Pour maigrir, fais un peu de sport Arrange-toi devant ta glace Accroche un sourire à ta face Maquille ton cœur et ton corps

Au lieu d'penser que j'te déteste Et de me fuir comme la peste Essaie de te montrer gentille Redeviens la petite fille Qui m'a donné tant de bonheur Et parfois comme par le passé J'aim'rais que tout contre mon cœur Tu l'laisses aller, tu l'laisses aller


Tina Karr n’a pas attendu que son homme lui dise les mêmes choses. Ce qui est amusant, c’est qu’en quatrième de couverture de son ouvrage, on la voit en femme de tous les jours, poussant un carrosse et c’est la même que l’on voit moulée dans une robe de cuir sur la jaquette. Wow! Je comprends le mari de redevenir tout intéressé à sa personne. Et la maternité ayant tellement pris une envergure dans la psyché des femmes, que c’est comme si tout érotisme leur était étranger. Une particularité d’Une mère en talons aiguilles, c’est l’emploi du mot juste ou cru, c’est selon, pour désigner les fantasmes sexuels.

Tina parle de cul exactement comme un homme le ferait. Donc le fossé ne serait donc pas aussi grand que l’on pense entre les hommes et les femmes. Il pourrait même y avoir un terrain d’intérêt commun, la chose. Et Tina ne boude aucun de ses plaisirs, même celui de se taper des femmes. Elle est totalement à l’écoute de ses sens.


LE PROBLÈME DU DIALOGUE

Rencontrée dans un café, Tina Karr explique d’entrée de jeu que dans le couple, on ne parle pas de sexualité. « C’est effrayant, entre mari et femme, on ne parle pas de sexe à la maison. Mes amies de femmes me le confirment. Au lit, il n’y a aucun échange verbal sur le sujet. C’est une catastrophe ». Imaginez! On ne parle pas de ça à la maison, on ne veut pas qu’on l’enseigne aux jeunes à l’école avec les vrais mots. Comment, dans un pareil contexte, va-t-on développer une culture de l’érotisme? Mesdames qui désespérez de votre couple, qui court au naufrage, investissez sur vous-mêmes, coiffure, maquillage, de l’exercice. De quoi être attirante. Et surtout de développer un esprit qui puisse aller avec cette recherche du côté sexy en vous. Tina Karr donne tous les conseils utiles en ce sens.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de lametropole.com

Cet article est classé sous :Tina Karr LaMetropole.com
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok