Mardi, 9 juin 2015

UNE SAVOUREUSE HISTOIRE DES COCKTAILS

Je viens de finir Élixirs, une petite histoire illustrée des cocktails, de Marie-Ève Bourassa. Je l’ai lu d’un trait, comme on boit un très bon cocktail, tant ce livre est passionnant.

 

Marie-Ève est romancière, et dans un style impeccable elle nous raconte l’histoire d’une quarantaine des plus célèbres cocktails. Elle nous amène à la naissance du cocktail au Dix-huitième siècle, ensuite,  au monde de la prohibition, à celui des écrivains comme Hemingway, Raymond Chandler, Francis Scott Fitzgerald (The Great Gatsby), Jack Kerouac, Ian Fleming, mais aussi au monde du cinéma, de la politique, Richard Nickson, John Kennedy, grand amateur de Daïquiri, «reste à savoir s’il le buvait avec du rhum cubain», Bill Clinton.

Vous apprenez que le Cuba libre a été inventé des décennies avant l’ère Castro. Vous apprendrez aussi qu’il y avait peu de chances pour qu’Hemingway ait aimé le « mojito». Son omniprésence en photo à la Bodeguita de en medio de la Havane serait simplement un coup de marketing. Par contre Papa Hemingway adorait le Daïquiri dont il le prenait renforcé, le Papa doble, au Floridita.  Lorsqu’il aimait un cocktail on pouvait en être sûr qu’on allait le retrouver dans un ou plusieurs de ses romans.

Marie-Ève nous raconte comment pendant la Prohibition, la ville de Montréal était un refuge pour les Américains assoiffés : «Al Capone peut, à l’occasion, être vu dans le Red Light de Montréal. Pas étonnant, …l’alcool coule encore à flots... dans le petit Paris d’Amérique du Nord. »

La paternité des cocktails est un autre sujet passionnant. Lorsqu’un cocktail marche très bien tout le monde veut se l’approprier et quand on ne connaît pas son origine on lui en invente une. Le cas du Manhattan est symbolique. Ici je cite textuellement Marie-Ève : «L’histoire la plus communément racontée implique une certaine Jennie Jerome, mieux connue sous le nom de lady Randolph Churchill. En novembre ou en décembre 1874, en l’honneur du gouverneur de l’État de New York Samuel Tilden, cette dernière organise une grande fête au Manhattan Club, un lieu réputé, dont elle est membre. Ce soir-là on trinque à la démocratie en buvant de ce tout nouveau cocktail, créé spécialement pour l’occasion : le Manhattan’s Club Cocktail. Chouette histoire. Le hic c’est que Lady Churchill, à ce moment-là se trouve en réalité de l’autre côté de l’océan, occupée à donner naissance à un tout petit Winston

Le livre est truffé d’anecdotes, plus savoureuses les unes que les autres, et à la fin du chapitre dédié à chaque cocktail on trouve la recette classique du dit cocktail.

Les illustrations magnifiques et pleines d’humour  sont l’œuvre de Bruce Roberts.

Élixirs, une petite histoire illustrée des cocktails, de Marie-Ève Bourassa est publié par VLB éditeur. 240 pages 29,95$, dans toutes les bonnes librairies.

VLB ÉDITEUR

SAMY RABBAT

Cet article est classé sous :Cocktails Élixirs Marie-Ève Bourassa Roger Huet
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok