Jeudi, 5 septembre 2013

LE CHÂTEAU DE ROUILLAC À BORDEAUX

Il y a quelques jours j’ai dîné en compagnie de Laurent et de Sophie Cisneros, propriétaires depuis août 2009 du Château de Rouillac dans l’appellation Pessac-Léognan dans les Graves.

 
Le domaine de Rouillac, d’origine très ancienne a connu surtout depuis le 17e siècle des propriétaires célèbres comme Jean Paul Loret, président du parlement de Bordeaux et le Baron Haussmann qui l’a acquis en 1864 et a apporté son empreinte à ce château qu’il chérissait particulièrement. L’Empereur Napoléon III y a séjourné et a grandement apprécié le vin rouge de Rouillac. Il l’a fait mettre à sa table et a même convaincu Albert I,  le roi des Belges, d’en faire de même.

Laurent Cisneros, descendant de la célèbre famille castillane est un homme de passion. Il aurait pu être un grand joueur de football, il a joué avec Zidane, mais les affaires de son père l’appelaient et a fait fortune dans le monde de la réfrigération. Parallèlement, il se démarque dans les compétitions équestres qu’il pratique en compagnie de son épouse et de ses trois filles : Mélanie, Ophélie et Eugénie.

Laurent Cisneros mettra dans son château, la même fougue dont il a imprégné ses anciennes entreprises.  Son domaine viticole de 36 hectares d’un seul tenant est un terroir d’exception. Il a 24 hectares de vignes dont 21 de cépages rouges : 60% de Cabernet Sauvignon et 40% de Merlot. Les trois hectares de cépages blancs sont cultivés à proportion de 70% en Sauvignon blanc, 16% en Sémillon et 14% en Sauvignon Gris.


Laurent et Sophie Cisneros

Bien entouré de l’œnologue-conseil Eric Boissenot et du directeur technique pour les assemblages de grande précision, Jean Christophe Barron, Laurent Cisneros se lance à fond de train dans la transformation des méthodes de travail de sa vigne et s’engage dans une agriculture respectueuse de l’environnement. Reprise du labour intégral avec près d’un tiers par des chevaux de trait, suppression de la totalité d’herbicides chimiques et mise en place de la méthode confusion sexuelle pour lutter contre les vers des grappes, utilisation de produits de traitement bio.  Pour contribuer à maintenir l’équilibre des écosystèmes Laurent Cisneros a fait  installer de ruches dans la propriété et a fait replanter des tilleuls que les abeilles prisent, ainsi qu’il a créé des jachères apicoles composées de plantes mellifères.

Il a aussi planté trois hectares de vignes dont les eaux de ruissellement sont filtrées par un bassin de bambous qui grâce à son système racinaire assure une gestion environnementale des effluents. À chaque année la faune et de la flore est soumise à un rigoureux inventaire sur le domaine. Depuis 2012 le Château de Rouillac est certifié Agriculture Raisonnée en Aquitaine et en Juillet 2013 il a obtenu la validation de la certification Haute Valeur Environnementale, du niveau III du Grenelle de l’environnement.



Les vins du Château de Rouillac sont cinq. Le Château Rouillac en rouge et en blanc, le Baron de Rouillac et deux nouveaux : le Dada de Rouillac en rouge et en blanc. Dada étant le mot  par lequel les enfants désignent un cheval.

Jusqu’en 2009 ce sont des vins produits avant la prise en main par Laurent Cisneros, depuis le millésime 2010 ils portent sa griffe.

J’ai dégusté le Château Rouillac blanc, appellation Pessac-Léognan 2009. 70% Sauvignon blanc, 16% Sémillon, 14% Sauvignon gris. Une production limitée à 12 000 bouteilles.  Magnifique robe brillante et limpide. Un premier nez de genévrier et de buis, un deuxième nez  de jasmin et de chèvrefeuille, un troisième nez de tilleul, d’aubépine et de bergamote. Belle attaque franche en bouche, une belle fraîcheur, un bel équilibre avec l’alcool et une belle finale.

J’ai également dégusté le Château de Rouillac rouge, appellation Pessac-Léognan 2008. 58% Cabernet Sauvignon, 42% Merlot. Production limitée à 43 000 bouteilles. Une robe rouge cerise, intense. Nez puissant, des notes de cassis, de mûre, de myrtille et de bleuet, une note de vanille. Attaque franche en bouche mais à la fois gourmande et élégante. Des tanins présents mais bien fondus avec l’acidité et l’alcool. Une finale longue et caressante. Un vin de garde.



CHÂTEAU DE ROUILLAC

Représentés au Québec par l’agence Bénédictus
Benoît Lecavalier, président.
Tél. : 450-671-5572
Cell. : 514-913-5405

SAMY RABBAT

RADIO VILLE-MARIE
Cet article est classé sous :Bordeaux Rouillac Roger Huet
ok