Vendredi, 14 février 2014

LES MÉDECINS SONT INATTEIGNABLES

La situation est critique sur le Plateau-Mont-Royal où, selon une statistique gouvernementale, 46,2 % des citoyens de l’arrondissement ne disposent pas de médecin de famille.

 
On n’est pourtant pas dans la savane africaine. Il se trouve que les patients qui désirent de toute urgence voir un médecin sont obligés de se rendre aux urgences des hôpitaux. Dans les cliniques où on trouve des groupes de médecine familiale (GMF) il faut avoir un dossier ouvert. Si ce n’est pas le cas, on ne veut pas vous recevoir, même si la salle d’attente est presque vide! Une situation qui choque le ministre de la Santé, Réjean Hébert, qui se dit « estomaqué » devant la situation. D’autant plus que son ministère verse parfois jusqu’à un demi million de dollars en subventions à ces GMF.

MÊME PAS OUVERTS LE WEEKEND

Pire encore, près de 43 % des GMF ferment leurs portes durant le weekend, alors que ces subventions sont entre autres destinées à maintenir les portes ouvertes. Le ministre tempête et menace de retirer la subvention si on ne se conforme pas aux directives. Le Plateau-Mont-Royal vient au deuxième rang à Montréal derrière La Petite-Patrie – Villeray – Parc-Extension pour le manque d’accessibilité à un médecin de famille. Non seulement on n’accepte que les gens qui ont un dossier, mais pour les autres, on doit impérativement s’inscrire sur une liste d’attente. Avec cynisme, quelqu’un en autorité est allé jusqu’à déclarer que les médecins de famille n’ont pas l’obligation de voir toute la population du territoire. Les statistiques sur le rendement actuel sont indisponibles et devant les faits décriés on feint l’étonnement en ramenant l’argument souvent entendu que ce sont des cas particuliers et que tout irait dans le meilleur des mondes.

SANTÉ MONTRÉAL
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok