Vendredi, 3 novembre 2017

BOSTON EN AUTOMNE

Photos: Bernard Gauthier

À la fois historique, gastronomique et culturelle, Boston est une ville charmante qui mérite un arrêt de quelques jours. Pour une population de près de 700 000 habitants, son réseau de transport en commun est fort bien desservi avec cinq lignes de métro qui parcourent les quatre coins de la ville. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Montréal est loin derrière pour répondre aux besoins de ses deux millions d’habitants !

 

Comme dans toute grande ville, la meilleure façon de se déplacer demeure le transport en commun. Le réseau du métro de Boston est simple et facile à comprendre contrairement à New York. On laisse ainsi sa voiture stationnée pour la durée du séjour. Les rues du centre-ville, étroites, souvent à sens unique, offrent peu de stationnement et changent souvent d’appellation en cours de chemin. En métro, le touriste n’a plus à se soucier de rien.

L’automne est une saison propice pour visiter Boston. Les touristes sont moins nombreux, la température est plus clémente et les prix des hôtels sont moins élevés. Au Godfrey Hotel, un établissement hôtelier 5 étoiles situé à une minute de marche de la station de métro Downtown Crossing, en plein centre-ville, le prix d’une chambre, hors saison en novembre, est d’environ 200 $ par nuit pour deux personnes. Les chambres modernes dans cet hôtel du début du 20e siècle offrent entre autres un petit frigo ultra-moderne, un cadran-réveil illuminé à piles, un chargeur de cellulaire, un ou des grands lits au confort divin, une salle de toilette et douche bien éclairée, et j’en passe! Quel hébergement agréable!

JOUR 1

Tout juste de l’autre côté de la rivière Charles, qui sépare Boston de Cambridge, difficile d’échapper à un tour guidé de l’Université Harvard ! Le point de rencontre est au kiosque d’information de l’université situé à la sortie de la station Main Harvard de la ligne rouge.  

Pour une dizaine de dollars, les touristes sont invités à suivre un étudiant-guide qui vous expliquera la petite histoire des bâtiments historiques de l’Université Harvard, de son Memorial Hall, de sa bibliothèque Widener et bien sûr de la célèbre statue John Harvard.

Saviez-vous que cette institution remonte à 1636, c’est-à-dire 153 ans avant la naissance de la Constitution américaine ? Difficile à croire, mais c’est pourtant bien vrai. Certains des bâtiments en témoignent. Prévoyez plus d’une heure pour une visite extérieure complète.

À Columbia Point, facilement accessible en métro, je vous propose de vous rendre à la Bibliothèque et au Musée présidentiels John F. Kennedy. Vous apprendrez tout, en images, en films et en archives, sur l’ex-président. Les responsables des archives estiment à quelque 23 millions le nombre  de pages de documents personnels de Kennedy conservés. On évalue à 200 000 le nombre annuel de visiteurs qui viennent au Musée. Moderne, aéré et bien conçu, il est facile d’y consacrer plusieurs heures lors d’une visite portant sur 24 thèmes ou moments historiques. Celui du 22 novembre 1963 est sans doute celui qui retient le plus l’attention des visiteurs, jour de l’assassinat de Kennedy annoncé par Walter Cronkite sur CBS.

JOUR 2

Lors de mon passage à Boston, il ne faisait pas très beau. Le temps était plutôt nuageux et la pluie était souvent au rendez-vous. Malgré tout, je voulais voir Boston sous un autre angle : à partir d’une croisière historique sur un navire de Boston Harbor Cruises au départ depuis le Vieux-Port.  

Ce tour d’une soixantaine de minutes permet de mieux connaître les points forts actuels et historiques de Boston, comme le plus vieux phare encore habité de l’île Brewster. Le navire longe plusieurs autres îles et avec un peu de chance peut-être apercevrez-vous une baleine au loin entre deux îlots !  

Parmi les autres découvertes, on trouve le Gardiner Building qui remonte aux années 1760. Situé sur Long Wharf, il s’agit du plus vieux bâtiment du secteur. Il abritait autrefois le bureau des comptes de John Hancock qui fut le premier gouverneur de l’État du Massachusetts de 1780 à 1785.

À quelques minutes de là à pied, l’Aquarium de la Nouvelle-Angleterre constitue un autre attrait touristique. Un réservoir cylindrique haut de trois étages et de renfermant 760 000 litres d’eau le démarque des autres aquariums. Et que renferme ce cylindre ? Des requins, des tortues de mer, des raies, des anguilles, des barracudas et plusieurs espèces de poissons qui vivent à proximité des récifs coralliens.  

L’Aquarium de Nouvelle-Angleterre, qui a vu le jour en 1969, abrite des milliers d’animaux aquatiques comme des phoques pouvant exécuter 20 petits manèges y compris donner un baiser, des petits pingouins bleus, des otaries de Californie, des manchots et des tortues de mer, dont l’énorme doyenne Myrtle est âgée de 80 ans. C’est la mascotte des lieux. Plus de 1,3 million de touristes visitent l’aquarium chaque année.

Pour bien compléter la journée, j’avais deux billets pour assister à la représentation The Damnation of Faust de l’Orchestre symphonique de Boston. Cette orchestration (Opus 24) du célèbre compositeur Berlioz à partir d’une légende théâtrale était dirigée par l’ex-chef d’orchestre montréalais Charles Dutoit et chantée par quatre solistes et deux chœurs. La BSO (Boston Symphony, c’est l’un des orchestres les plus prestigieux sur le plan international. Quant à elle seule, la salle de concert a de quoi surprendre pour sa qualité sonore renommée. Construit à la fin du 19e siècle, le Symphony Hall, possède un orgue Aeolian Skinner depuis 1949, orgue considéré comme l’un des meilleurs au monde.

La salle de concert offre au méloname un décor exceptionnel. Seize niches abritent chacune une réplique de statue grecque ou romaine liée à la musique, l’art ou la littérature qui surplombe le public le long des trois côtés de la salle et contribue à répartir le son dans toute la salle. Le Symphony Hall se trouve à côté de la station de métro Symphony.

JOUR 3

Au cœur même de Boston, un détour s’impose pour traverser le plus ancien parc public du pays : le Boston Common. Situé entre les rues Tremont, Beacon, Park et Charles, il a été fondé en 1634. Témoin de la guerre d’indépendance, le parc a servi de lieu d’entraînement de plusieurs troupes. En 1979, c’est ici que le Jean-Paul II prononça un discours devant des milliers de fidèles au cours d’une première messe papale. L’hiver, une patinoire en plein air y est aménagée sur l’étang artificiel Frog Pond bordé d’un carrousel antique l’été. C’est à partir de ce parc, rue Tremont, qu’on peut emprunter l’incontournable sentier ou chemin de briques  ou de peinture rouges de la liberté Freedom Trail menant à seize bâtiments historiques marquant la révolte, les batailles, et l’indépendance américaine consécutive.

Un peu plus loin, le jardin Public Garden s’avère superbement bien aménagé avec ses arbres aux couleurs automnales, ses plans d’eau et massifs de fleurs, ainsi que ses statues rappellant les faits marquants de l’histoire de Boston.

Pour voir un panorama de la ville de Boston, le seul endroit accessible est à l’observatoire Skywalk au Centre Prudential. Difficile de passer à côté. L’observatoire est au 50e étage du deuxième immeuble le plus élevé de Boston. Une vue de 360 degrés vous permet d’observer la ville sous tous ses angles. Des audioguides disponibles en plusieurs langues, dont le français, expliquent en détail les lieux historiques et culturels de Boston. Ouvert tous les jours, il vaut mieux s’y rendre en métro (Station Prudential). Les places de stationnement sont limitées.

Si le temps vous le permet, je vous propose de passer un après-midi au complet au Musée des sciences de Boston. Ce centre scientifique des plus vastes  répond à de nombreuses questions sur la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques, l’alimentation, le climat, le corps humain, l’environnement, etc. Toutefois, il faut prévoir un coût additionnel pour avoir accès au planétarium Charles Hayden, au théâtre 4-D et au jardin des papillons, notamment. C’est  très décevant. Les responsables auraient dû prévoir un prix d’entrée incluant l’accès à toutes les activités. Quoi qu’il en soit, le visiteur peut interagir avec de multiples modules de renseignements, ce qui suscite grandement son intérêt et sa curiosité.

OÙ MANGER

Le touriste a l’embarras du choix sur le plan culinaire. Boston est aussi riche en gastronomie qu’en histoire. Les plats sont très variés et à la portée de toutes les bourses. La cuisine française est également bien présente.

Vous recherchez quelque chose qui sort de l’ordinaire ? Comme des spécialités péruviennes, japonaises et chinoises ? Au restaurant RUKA, de l’hôtel Godfrey, rue Washington, le menu vous propose plusieurs petits plats de tapas. Les fruits de mer comme les huîtres, les palourdes, les pieuvres, le crabe et le homard sont à l’honneur. Servis à partir de rouleaux japonais, de sushi et de sashimis péruviens, c’est un régal pour les papilles gustatives. Des poivrons, des oignons, du soja au gingembre, du riz noir et des frites légères accompagnent souvent les plats. Toutefois, il est important de souligner que les portions sont modestes et que les prix sont relativement élevés.

Vous aimez le porc ou le poulet fumé ? Une bonne adresse à retenir est le restaurant Smoke Shop by Andy Husbands, du nom de son chef cuisinier reconnu mondialement. Il a également été reconnu comme Chef de l'année 2014 par le Massachusetts Restaurant Association (MRA). C’est lui qui a décidé de mettre ce nouveau type de restaurant à Boston. Les plats sont généreux et légèrement épicés. Les prix sont également à la portée de tous.

Préférez-vous les mets italiens dans un environnement romantique à la chandelle ? Dans le quartier North End, la Tresca doit sa renommée à ses pizzas gastronomiques, ses pâtes onctueuses, ses entrées délicieuses et sa liste de vins bien garnie. Et il y a encore plus. Le propriétaire de l’établissement n'est nul autre que l’ex-joueur défenseur des Bruins de Boston, Ray Bourque. Il était prévu que je passe la soirée avec ce champion de la Coupe Stanley en 2001, mais un empêchement de dernière minute a contrecarré ses plans.

Boston comporte un centre commercial bien particulier qui regroupe quatre bâtiments historiques des années 1800, dont l’un s’appelle le Quincy Market. Situé à l’intérieur du Faneuil Hall Marketplace, le Quincy Market rassemble une centaine de boutiques d’artisanat, de restaurants, de pubs et de casse-croûtes. Pendant 400 ans, commerçants et acheteurs se sont réunis dans ce marché historique.

Aujourd'hui, Faneuil Marketplace est une destination de divertissement et encore un centre où les gens viennent se détendre, s'amuser, prendre un repas et faire du magasinage. On peut aisément manger sur le pouce et poursuivre notre route sur la célèbre Freedom Trail de Boston.

Depuis le 15 octobre dernier, WestJet offre une liaison directe deux fois par jour entre Montréal et Boston.

BUREAU TOURISTIQUE BOSTON

HÔTEL GODFREY

RUKA RESTO BAR

UNIVERSITÉ HARVARD

THE SMOKE SHOP BY ANDY HUSBANDS

MUSÉE JOHN F KENNEDY

TRESCA RESTAURANT

BOSTON HARBOR CRUISES

FANEUIL HALL MARKETPLACE

NEW ENGLAND AQUARIUM

BOSTON SYMPHONY ORCHESTRA

SKYWALK OBSERVATORY

MUSÉE DES SCIENCES

BERNARD GAUTHIER

Cet article est classé sous :Bernard Gauthier Boston
ok