Jeudi, 24 janvier 2013

VARADERO: 3 LIEUX À DÉCOUVRIR

Varadero, royaume cubain de la plage, renferme certains trésors qui valent le détour.

 
Varadero, grande station balnéaire de Cuba, est courue depuis maintenant une centaine d’années par les voyageurs en quête de repos et de soleil. Jusqu'aux années 50, les Américains venaient profiter de la plage et repartaient au coucher de soleil. Un fast food touristique, quoi. Mais outre ses plages infinies et les grands complexes hôteliers qui ne cessent de se multiplier, Varadero a une âme. C’est en se promenant à travers ses rues qu’on découvre ses trésors.

On aperçoit l'autobus rouge à deux étages qui arrive au loin, on court pour l'attraper. Rapide et abordable, cet autobus est certainement le meilleur moyen de rejoindre le centre de Varadero.

LA CASA DE AL

Premier arrêt, la Maison d’Al Capone ou « la Casa de Al ». Murs de pierre, toit en tuiles, jolis éléments bleus et blancs, grandes arches, c’est une des plus belles maisons d’avant la révolution. Tout le monde raconte que c’était la résidence d’été du fameux mafioso italo-américain. Un guide nous avait dit qu’en réalité, il n’y aurait jamais mis les pieds, mais l’utilisait plutôt comme entrepôt pour sa marchandise de contrebande. Alors qui dit vrai ? En tout cas, il faut croire que c’était un bon filon à exploiter. À l’entrée, une effigie d’Al Capone en carton nous accueille, arborant un sourire fier et un cigare entre les dents. Sur les murs, on remarque également des images de mafiosi célèbres, des extraits d’articles concernant la mafia italo-américaine et des portraits d’Al Capone. La maison a été reconvertie en un charmant restaurant sur deux étages, dont quelques tables ont une vue sur la plage. Il rappelle un petit resto portugais en bord de mer. 


LA CASA DUPONT

On poursuit la visite à la Casa Dupont, ou Mansion Xanadu, l'ancienne maison privée de la richissime famille franco-américaine du même nom. Elle fut occupée des années 30 à 50, soit jusqu’à la révolution, lorsque Fidel Castro confisqua les grandes maisons pour en faire des propriétés de l’État. C’est aujourd’hui un hôtel cinq étoiles exclusif, de seulement huit chambres, qui offre à ses invités l’accès au terrain de golf adjacent.

Décidément, cette maison est imposante. Sobre et chic, avec des balcons en bois sculpté, elle traversé les années en conservant toute sa prestance. À l’intérieur, on découvre un sol en marbre, orné de mosaïques et un salon avec cheminée, bibliothèque et d’immenses tableaux. On s’imagine prendre un cigare dans un des grands fauteuils du salon, dans les années 30.

On prend l’escalier étroit en bois pour rejoindre le bar du 3e étage. Il craque sous nos pas. Des touristes assis, et rougis par le soleil,  sirotent un cuba libre en regardant du coin de l’œil un joueur de saxophone. Il est vrai que la vue sur les environs est impressionnante, mais je m’attendais à plus pour un bar d’hôtel 5 étoiles qui mise sur son prestige d’antan. Étrange mélange entre gloire passée et tourisme préchauffé. Et s’ils voyaient ça les Dupont? Je redescends au rez-de-chaussée, espérant trouver un élément oublié qui me replongerait dans un monde passé, digne d’Agatha Christie. Je m’aventure dans une salle. Une petite dame qui semble porter le poids du monde sur son dos courbé est en train de dresser une table. Elle m’aperçoit et me dit « viens, viens, tu veux faire des photos ?» avec un grand sourire qui illumine toute la pièce. Je suis un peu gênée, j’ai peur de la déranger dans cet univers en suspens.


LE PARC JOSONE

On arrive sur la rue principale. Entre petites maisons aux couleurs pastels, défraîchies par l'humidité, et anciennes demeures imposantes grugées par le temps, des marchés « artisanaux » semblent tous proposer les mêmes souvenirs. On observe avec étonnement les Ford des années 20 partager la route avec les Cadillac flamboyantes des années 50. 

Il doit déjà être autour de 18h, les kiosques se préparent à fermer, le soleil commence à disparaître dans une aura rose et mauve. L’heure du coucher de soleil est bien la seule chose qui nous rappelle que, malgré l'air tiède qui nous enveloppe, à Cuba aussi, c'est l'hiver.

On se dirige vers le parc Josone pour essayer le restaurant la Gruta, conseillé par Martica, une sympathique Cubaine au rire contagieux. En se promenant dans le parc peu éclairé, on arrive devant une terrasse qui ne paie pas de mine. Mais lorsque le serveur pousse la porte du fond, on découvre un petit restaurant étonnant. Creusé dans la pierre et rempli de bouteilles de vin au plafond et au mur, on se croirait dans une grotte. Paraît-il que la langouste est un must, mais les brochettes de poulet, de porc et de filet mignon étaient trop tentantes. Bien salées et assaisonnées, elles sont savoureuses.

À quelques pas du parc, en tournant à droite sur la rue principale, un kiosque offre une piña colada, fraîchement préparée sous vos yeux, pour seulement 4 cuc. Un petit délice pour finir la soirée en beauté.

 

INFOS PRATIQUES

Taux de change

1 cuc (peso cubain convertible) = 0,99 $ CAN  en date du 23 janvier 2013

 

Bus touristique

Il fait le tour des hôtels de Varadero. Vous pouvez demander à la réception où se trouve l’arrêt le plus proche. Dernier autobus à 20h30.

Prix : 5 cuc pour la journée


Taxi

De l’hôtel jusqu’au centre de Varadero: 15 cuc. Négociable à 12 cuc.

Les prix sont les mêmes pour les voitures anciennes et modernes.

 

Casa Dupont

Adresse : Carretera Las Americas KM 8 ½, Autopista Sur

Téléphone : +53 (45) 668482


Casa de Al

Adresse : Villa Punta Blanca, Avenida Kawama

Téléphone : +53 (45) 668050

Prix : 15 cuc pour le filet mignon, cocktail 2-3 cuc


Restaurant la Gruta

Adresse : dans le parc Josone, coin Avenida 1 et Calle 56

Prix : de 6 cuc à 15 cuc pour un plat principal

 

Vous partez à Cuba? Découvrez 3 lieux mythiques à ne pas manquer à la Havane!

En collaboration avec Gabrielle Elliott

Source: La Métropole.com

VOYAGE AU PÉROU


Cet article est classé sous :Vanessa Huet Cuba Varadero Plage
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok