Mardi, 6 décembre 2016

L’IMPACT VOLE LA VEDETTE

Je ne pensais pas un jour à écrire un titre comme celui-là, mais force est d’admettre que l’équipe de l’année 2016 sur la scène du sport professionnel au Québec, fut L’Impact de Montréal.

 

Le soccer comme pour plusieurs d’entre vous n’est pas mon sport de prédilection, mais pourrait bien le devenir avant longtemps. La frénésie du soccer, c’est contagieux. L’avenir de L’Impact s’annonce prometteur. Je suis tombé sous le charme moi aussi par la performance combien courageuse de L’Impact contre le FC de Toronto sous une pluie diluvienne au stade BMO de Toronto.




J’étais au nombre des 800 000 auditeurs qui ont regardé le match au Québec, pour tout vous dire j’ai préféré le match de L’Impact à celui du Canadien. Les Patrice Bernier, Piatti, Oduro, Camara, Ciman, Drogba et Bush, nous en ont mis plein la vue!



RÉTROSPECTIVE 2016

Tout au long de la saison l’entraîneur-chef Mauro Biello a démontré beaucoup de caractère. Nul doute, il est le maître à bord. Les matchs en série d’après saison ont fait écarquiller les yeux de beaucoup d’amateurs de sport. L’Impact gagne en popularité à la vitesse grand V. Le Canadien n’a qu’à bien se tenir. L’argent divertissement de l’amateur du commanditaire va peut être aller davantage du côté de l’Impact.

LES ALOUETTES SONT MENACÉS

Les Alouettes sont menacés. Et il y a aussi le fait que plusieurs joueurs chez L’Impact parlent la langue de molière, ce qui n’est pas négligeable. Ils sont sympathiques les joueurs de L’Impact. Le soccer n’est plus uniquement le sport des ethnies. Richard Legendre a gagné son pari, tout comme Joey Saputo.



LES CUBS DE CHICAGO REMPORTENT LES GRANDS HONNEURS

Au baseball, ce fut enfin l’année des Cubs de Chicago après une attente interminable. Un premier titre en plus de cent ans pour l’équipe de la ville des vents. Une série mondiale fort excitante entre les Indians de Cleveland et les Cubs de Chicago, du bonbon. Les Cubs, une des plus jeunes équipes du baseball majeur, seront dans les séries pour des années à venir. Théo Epstein le grand manitou chez les Cubs, a aussi gagné son pari.



LES BLUE JAYS

Les Blue Jays ont connu une autre bonne saison, mais leurs frappeurs ont manqué de jus contre les lanceurs des Indians de Cleveland. Tout particulièrement Jose Bautista, qui n’a pas été l’ombre de lui même. Il n’est aussi indispensable Jose Bautista. Ce fut l’année de Edwin Encarnacion qui évoluera vraisemblablement sous d’autres cieux la saison prochaine, Josh Donaldson a été égal à lui même, quel beau joueur de baseball.



RUSSELL MARTIN

Une saison respectable pour le québécois Russell Martin, après un début de saison catastrophique. Chose certaine, le gérant John Gibbons n’a pas fait le poids contre Terry Francona. Gibbons, il pourrait devenir  le premier gérant à être congédié la saison prochaine dans le baseball majeur, a été incapable de s’ajuster à la stratégie de Terry Francona. Le mot d’ordre de Francona était de lancer le moins de balles rapides possible aux frappeurs des Blue Jays. La prochaine saison s’annonce difficile pour les Blue Jays avec les départs de Bautista et Encarnacion. Le nouveau venu Kendry Morales ne pourra palier la perte D’Encarnacion qui a frappé 42 circuits et produit 127 points.

Tout indique que ce dernier va poursuivre sa carrière avec les Red Sox de Boston. Les Blue devront miser sur leurs jeunes lanceurs, et sur la rapidité. Un aspect du jeu qui a fait cruellement défaut chez les Blue Jays au cours des deux dernières années.



UN ÉLECTROCHOC CHEZ LE CANADIEN

Marc Bergevin a donné tout un électrochoc aux Canadiens en laissant partir PK.Subban en juin dernier. L’avenir dira s’il a eu raison. Déjà, on peut dire que le Canadien sort gagnant de cette méga transaction impliquant Shea Weber. Et assurément on peut prédire que le Canadien fera les séries d’après saison en 2017. Bergevin a ajouté beaucoup de profondeur, et de caractère à cette équipe. L’acquisition D’Alexander Radulov en fut toute une également. Radulov et Weber, sans oublier Carey Price bien sûr, sont les meilleurs joueurs du Canadien jusqu’ici cette saison.



On comprends mieux pourquoi Patrick Roy voulant tant avoir Radulov au Colorado, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a mis fin à son entente avec Joe Sakic et L’Avalanche. Radulov est le joueur de caractère dont le Canadien avait grandement besoin. Andrew Shaw a aussi apporté une autre dimension au tricolore. Si seulement Pacioretty, Plekanec, et Desharnais peuvent se mettre en marche, le Canadien pourrait faire un bon bout de chemin en série.

Le Canadien devait apporter des gros changements au sein de son équipe après une année épouvantable en 2016. Bergevin a démontré beaucoup de courage. Enfin, une équipe à l’image de Michel Therrien!



LA DESCENTE AUX ENFERS POUR LES ALOUETTES

Les Alouettes ont une fois de plus piqué du nez en 2016. Et Popp a écopé. Il y a une urgence de gagner maintenant pour les Alouettes avec les succès de L’Impact. Le nouvel entraîneur-chef Jacques Chapdelaine a redonné vie à cette équipe en fin de saison, mais sera t’il en poste la saison prochaine? Les Alouettes ont encore perdu des plumes en 2016. On a toujours pas remplacé adéquatement Anthony Calvillo au poste de quart.

Il faut de la stabilité à la position de quart, Chapdelaine a compris cela lui. Les Alouettes ont aussi besoin d’un électrochoc. Le nom de Dany Maciocia circule beaucoup pour occuper le poste de directeur-général des oiseaux, serait-il l’homme de la situation. Les Alouettes n’ont plus rien à perdre. ..



C’EST MON DERNIER BLOGUE EN 2016.
MERCI DE ME LIRE CHAQUE SEMAINE DEPUIS DÉJÀ TROIS ANS


Je profite de l’occasion pour vous souhaiter une très bonne année 2017. Et je souhaite aux amateurs de sport du Québec: Une coupe Stanley aux Canadiens, la coupe en MLS pour L’Impact, la Coupe Grey aux Alouettes, une Coupe Vanier aux Carabins ou encore au Rouge et Or de Laval, une victoire au Grand Prix du Canada au jeune Stoll, et comme plat de résistance d’ici trois ans, parole de Denis Coderre, le retour des Expos à Montrtéal. Il est toujours permis de rêver. Et pour conclure, que notre ami Tim Raines fasse son entrée au Temple de la renommée du baseball, il le mérite bien!

ok