Jeudi, 18 décembre 2014

L’INFERTILITÉ N’EST PAS UNE MALADIE

par

Je suis entièrement d’accord avec la décision du ministre Barrette de sabrer dans les programmes de fertilité assistée. La maternité n’est pas un droit, c’est un privilège de la nature. Et d’être infertile est tout, sauf une maladie.

 
Notre collègue Marthe Saint-Laurent a pondu un blog fabuleux, lundi dernier, où elle se déclarait farouchement contre d’engager les fonds de l’État (La procréation assistée n’est - enfin - plus gratuite!) pour aider des femmes à faire des bébés à tout prix. Elle a reçu son lot de femmes obnubilées par la procréation qui l’ont traitée de sans cœur ou tout comme. Eh bien je me joins à elle pour partager à plein son point de vue. La folie de mettre au monde est telle, qu’on a fini par faire croire aux femmes que l’infertilité était une maladie.

Ah ce cher corps médical. Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour inventer une maladie et faire du business là-dessus? Regarder l’ostéoporose. L’effritement des os est une conséquence naturelle du vieillissement. Eh bien on a réussi à faire passer ça pour une maladie, avec toute une pharmacopée super payante et tout aussi inutile.



DES MILLIONS POUR DES FANTASMES DE MATERNITÉ

L’an dernier, le Québec a dépensé quelque chose comme 70 M$ pour des fécondations in vitro. Et même des inséminations commandées par des homosexuels, à la Joël Legendre, prototype de la nouvelle maman à barbe. C’est le comble. Dans mon livre à moi, ce n’est pas au gouvernement à piger dans les deniers publics pour concrétiser des fantasmes féminins ou homosexuels de maternité. Il y en a qui sont tellement folles, qu’elles en viennent à prétendre que si elles n’ont pas fait l’expérience de la maternité, elles ne sont pas de vraies femmes.



JULIE SNYDER

Julie Snyder s’est investie comme la Jeanne D’Arc de la procréation. Elle est tellement aliénée par l’idée de féconder, qu’elle est incapable de parler du sujet sans être affligée d’un trémolo dans la voix. On voit bien qu’il y a ici un réel déséquilibre.

ADOPTEZ DONC

Mesdames qui ne vous voyez pas vivre sans changer des couches et passer votre temps à dire, fais pas ci, fais pas ca, si pour votre malheur l’enfantement ne peut pas être possible naturellement, eh bien faites donc un effort pour la nation et ne venez donc pas alourdir le déficit avec vos idées fixes. Allez plutôt adopter. Il y a plein d’enfants abandonnés dans le monde, qui ne rêveraient pas mieux que de changer de décor et de jouir de la sécurité d’un bon foyer.

Mais je vous connais, Mesdames. Dans votre for intérieur, il faut que cet enfant vienne de vous, dans un acte d’égoïsme ultime. Du genre à proclamer, voici MA création, voici comme il ou elle me ressemble. Donc, un enfant qui ne vient pas de vos entrailles, ce ne serait pas la même chose? Ça ne comblerait pas votre idéal de maternité? Poser la question c’est y répondre.

CESSONS DE FAIRE DES BÉBÉS À TOUT PRIX

Je ne mettrai pas de gants pour affirmer qu’au Québec, nous n’aimons pas nos enfants. Je vois cette semaine cette série de reportages à TVA sur les enfants abandonnés dans les Centre d’accueil. Ça me fend le cœur. Toutes des vies gâchées à cause de trippeuses qui croyaient sans doute que faire des mômes, c’était comme jouer à la Barbie, qu’on en fait parce que c’est normal; qui se sont fait mettre paquetées ou gelées; qui ont fumé pendant leurs grossesses.



Le Québec compte trois suicides par jour. C’est dément. En plus regardez tous ces itinérants (30 000 à Montréal seulement), plus tous ceux qui ont des dépendances aux drogues ou à l’alcool, ou tout simplement un mal de vivre. Et il faudrait continuer à faire des bébés dans ce monde plus incertain que jamais. Vous ne mettez pas au monde, vous donnez la mort. J’en viens presque à dire qu’il ne faut pas être très intelligent pour féconder. Car quiconque s’arrête à penser aux conséquences de donner la vie à quelqu’un qui ne l’a pas demandé et ensuite lui faire avaler que c’est un beau cadeau la vie, c’est criminel.

L’Histoire nous enseigne que l’être humain n’a pas été à la hauteur de ce qu’on attendait de lui et qu’il vaut mieux, à la lumière de son triste bilan, qu’il s’éteigne comme l’ont été les dinosaures en leur temps.

Ah, je sais. Vous allez me dire que vous êtes l’exception, que votre enfant, vous allez l’aimer. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Moi, tout ce que je vois, ce sont des femmes inconscientes qui mènent des campagnes antigouvernementales pour forcer Québec à cracher des millions que nous n’avons plus, car trop volés par ce même gouvernement. Arrangez-vous avec votre système reproducteur en panne et foutez-nous la paix.

L’OMS A DÉCRÉTÉ L’INFERTILITÉ AU TITRE DE MALADIE


C’est l’Organisation Mondiale de la Santé qui a arrêté en 2009 la définition suivante de l’infertilité: « Une maladie du système reproductif définie par l’incapacité pour un couple de concevoir après 12 mois ou plus de rapports sexuels réguliers non protégés ». Voyez ici l’emploi qu’on fait du mot maladie. C’est ce même organisme qui a fait croire à une pandémie mondiale du H1N1 et qui se demande comment se fait-il que l’Ebola sévit, alors qu’il faudrait simplement que ces Africains disposent d’endroits décents pour déféquer en 2014.

Mais la maladie, qu’elle soit réelle ou fabriquée, comme ici pour l’infertilité, est très payante pour le business de la santé. Les médecins vont évidemment appuyer de tout cœur ces femmes éplorées de ne pouvoir donner naissance et exercer un lobbying en sous-main pour qu’elles protestent sur la place publique. Eux, pendant ce temps, se frottent les mains à l’avance. Emmenez-en des bébés, c’est du cash. Ce qui arrivera ensuite à l’enfant, on s’en fout. On en fera surtout un payeur de taxes et un consommateur. C’est seulement ça qui intéresse la société. En prime, il faudrait qu’il soit heureux ici-bas? Ben voyons donc.



LES OPINIONS EXPRIMÉES SONT CELLES DE L’AUTEUR ET NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL LAMETROPOLE.COM

CET ARTICLE EST VIRAL


DANS LE VILLAGE CE N’EST PAS GAI DU TOUT

LA PROCRÉATION ASSISTÉE N’EST – ENFIN! – PLUS GRATUITE!

Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok