Mercredi, 4 septembre 2013

1,8 M$ POUR LES MOSAÏCULTURES

Le gouvernement du Québec a investi 1,8 M$ dans les Mosaïcultures internationales de Montréal en 2013. Ça faisait dix ans que la compétition n’avait pas eu lieu au Québec. Depuis juin, les Québécois et les touristes peuvent se régaler les yeux d’œuvres tout simplement époustouflantes.

 

Avez-vous eu l’occasion d’aller contempler les œuvres des artistes horticoles des Mosaïques de Montréal depuis l’ouverture de la compétition? Elles sont d’une qualité remarquable. C’est un délice pour les yeux. Je ne suis pas une fan d’horticulture, je n’ai pas du tout le pouce vert et généralement ce genre d’activité m’ennuie rapidement. Que voulez-vous, on ne peut s’intéresser à tout ni avoir tous les talents. Mais ce que j’ai vu au Jardin botanique le weekend dernier m’a tout simplement jetée par terre; impossible de rester indifférent devant tant de beauté. C’est pour ça que j’ai eu envie de vous en parler.

On dit souvent que ça va mal au Québec : il y a de la corruption, le système de santé est tout croche, le système scolaire ne se porte pas tellement mieux, nos routes sont décorées de cratères immenses nous donnant envie de troquer notre voiture contre un tank, on est surtaxé, l’argent des contribuables est parfois gaspillé et j’en passe. Pendant que ça va aussi mal, le gouvernement du Québec a décidé d’investir 1,8 M$ dans les Mosaïcultures. Une décision stupide? Il aurait mieux fait d’investir ailleurs? Ce n’est pas une activité accessible à tous? On attend longtemps en file pour obtenir son billet? Le tarif d’entrée est trop élevé?

Peut-être bien que oui, peut-être bien que non… On peut toujours investir ailleurs et on peut toujours faire mieux. C’est vrai que cette activité n’est pas pour toutes les bourses, j’en conviens, et c’est dommage. À 25 $ par adulte (pour deux entrées, mais il faut quand même le débourser), ce n’est pas donné. Tiens, ça me donne envie de proposer aux organisateurs d’offrir l’accès gratuit aux Mosaïcultures durant toute une journée avant la fin de la compétition... Pourquoi pas la dernière journée? Ça ferait symbolique de clore de cette façon, non? Ça permettrait aux Québécois qui n’ont pas les moyens de se payer une telle sortie, d’en profiter.

Bref, même si vous avez raison de croire que c’était de l’argent que le gouvernement aurait pu injecter ailleurs, une société a aussi besoin de culture pour se développer et croître. Non seulement la culture nous sort de la morosité dans laquelle le quotidien nous plonge bien souvent, mais cela favorise aussi le potentiel économique. Qui dit culture, dit aussi tourisme et le tourisme, c’est bon pour stimuler l’économie. La culture, c’est la connaissance, l’ouverture et la sensibilité d’un peuple. Qui a dit que l’Homme a besoin de rêver? Se remplir les yeux de ces beautés et se détendre en marchant dans les allées jonchées de fleurs et de plantes nous offre, l’espace d’un après-midi, un véritable moment de bonheur pour rêvasser, justement.

Tout ça pour vous dire que ce 1,8 M$, je trouve qu’il fait honneur au talent de nos artistes québécois. Les Mosaïcultures comportent plus d’une dizaine d’œuvres québécoises, ce qui m’a agréablement surprise. Le talent des artistes de chez nous m’a encore plus surprise, surtout en apprenant que les œuvres montréalaises ont remporté, en Chine et au Japon, le Grand Prix d’honneur du jury international et le Grand Prix du public. Bref, pendant que j’étais plantée (si vous me passez l’expression) devant l’Arbre aux Oiseaux dimanche, je me disais qu’on avait toutes les raisons d’être fier d’accueillir cet événement.

Tiens, pour vous donner une idée. L’équipe de Mosaïcultures Internationales de Montréal (MIM) a mis six ans à réaliser cette œuvre gigantesque qui pèse 100 tonnes, mesure 16 mètres de hauteur et 18 mètres de diamètre à la cime. On trouve sur les branches et les racines, pas moins de 56 espèces d’oiseaux différentes, 1 kakapo ou perroquet-hibou, le seul perroquet qui ne vole pas, 6 espèces de batraciens et de reptiles. Toutes ces espèces sont parmi les plus menacées de la planète selon la liste rouge de l’UICN, dont le pic à tête rouge et le pluvier siffleur, deux espèces québécoises.



J’espère vous avoir convaincu de vous y rendre, si vos moyens vous le permettent bien sûr.  Et tant qu’à y être, profitez-en pour admirer les lanternes chinoises. La magie des lanternes commence ce vendredi 6 septembre. Quant au concours des Mosaïcultures internationales 2013, il se termine le 29 septembre. Cinquante œuvres, vingt-cinq pays, il y en a pour tous les goûts! Sinon, juste pour la détente, ça vaut le déplacement. Ce n’est pas pour rien que le Jardin botanique s’appelle Espace pour la vie, il y a plus de 22 000 espèces qui nous accueillent tout au long de notre parcours.

LES MOSAÏCULTURES DE MONTRÉAL 2013

Heart Touching Mother hindi Shayari

http://urdusadshayari.com
jaizii - 3 septembre 2017

well contented blog and innovative keep up the fab work


https://www.organicsupplementsreview.com/outback-vision-protocol/



ss - 10 octobre 2017

this blogging site is always been my bookmark site for reading blogs this one great and informative thanks


http://projectwomb.com/outback-vision-protocol/



ss - 10 octobre 2017
Well, this is amazing post and I really loved the images here. Seems it took a lot of time to make them. Nice post. Regards my daily gadget

Adam Wilfer - 10 janvier 2018
Nice article related to my blog https://dreamleaguesoccerkits.co/

Dream League Soccer - 10 janvier 2018
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok