Mardi, 6 janvier 2015

REPRENDREZ-VOUS UN PEU D’ÉCUREUIL?

Alors que le nombre d’affamés se bousculent aux portes des banques alimentaires et que des jeunes partent à l’école le ventre vide, je considère encore plus mal le gaspillage de nourriture.

 

Je me souviens que l’an dernier, un article m’était passé sous le nez où on rapportait que 70% des 25 000 bêtes tuées au Québec finissaient dans la poubelle. C’est proprement scandaleux. D’autant que le gibier abonde dans la province. Et je ne vous parle pas des écureuils qui ont baisé comme jamais en 2014 et qui surgissent de partout. Car je ne sais pas si vous le saviez, mais ce gentil rongeur se déguste. Et les fins palais ne se font pas prier pour en redemander une tranches.

Je vous donnerai plus loin une recette de ragoût d’écureuil à la mijoteuse. Ça goûte « sauvage » comme disent les experts de survie en forêt. D’ailleurs, dans un épisode de Boardwalk Empire, on voit le personnage à la gueule cassée qui se retrouve en forêt avec des truands. Tout ce beau monde se délecte d’écureuils cuits en broche. Vous vous en pourlécherez les babines, mais il faut que la viande soit bien cuite, parce que l’animal emmagasine du plomb.

Une ou deux fois par année ça peut dépanner quand on est fatigué du steak haché. Mais écureuil à part, il y a un tas d’autres bébêtes à cornes que l’on peut dévorer et qui gambadent dans nos forêts.

DANS NOS POPOTES POPULAIRES AU LIEU DES POUBELLES

C’est que les ministères québécois concernés, dont le ministère de l’Agriculture et des Pêcheries, font tout un plat, excusez le jeu de mots facile, dès qu’il s’agit de savoir quoi faire d’un chevreuil abattu ou d’une surpêche. On devrait assouplir les règlements et permettre que les foyers d’hébergement des sans abris, Moisson Montréal et les popotes populaires comme le Resto Pop, puissent jouir de cette ressource nutritive plutôt qu’elle finisse aux poubelles.

Mais il y a pire. Que des enfants se rendent en classe avec rien à manger me dépasse. L’ex-premier ministre Bernard Landry s’était posé à voix haute des questions sur ce type de mère qui cautionne de telles situations. Il avait dit, au grand scandale des féministes, que même une mère oiselle trouve le courage de nourrir ses petits. Devant le tollé provoqué par sa réflexion, il avait fait marche arrière et offert ses excuses. Petite lâcheté de politicien. Moi je leur aurais offert un gros doigt d’honneur.

Au Québec, tout le monde doit trouver à se nourrir, itinérants autant que les richards. La différence c’est que les premiers se contenteront de flocons de thon Clover Leaf comme entrée, suivsi d’un Kraft Dinner, tandis que les seconds ne peuvent imaginer vivre sans blinis tartinés au caviar. Les itinérants iront pour leur part au Dollarama pour leurs provisions, tandis qu’un restaurateur futé fera croire aux parvenus que leur caviar provient de Russie, alors qu’en réalité on peut obtenir ces petites perles d’esturgeons convoitées, rien de moins que dans le lac Saint-Pierre. Seule la facture demeure la même.

RECETTE DE RAGOÛT D’ÉCUREUIL


Comme il faudra être débrouillards en 2015, année d’austérité par excellence, voici donc une merveilleuse recette de ragoût d’écureuil.

INGRÉDIENTS

Portions: 6
2 écureuils, peau enlevée, vidés et coupés en morceaux
4 grosses pommes de terre, en quartiers
1 lb de carottes, hachées
1 poivron vert, haché
4 oignons tranchés
2 tasses d’eau
1/4 de chou moyen
1 c. à thé de sel
1 c. à thé de poivre
ÉTAPES DE PRÉPARATION
Préparation : 20min  ›  Cuisson : 8h  ›  Prêt en : 8h20min 
Placer tous les ingrédients dans le bol de la mijoteuse.
Couvrir et cuire à puissance basse (LOW) pendant 8 heures.

LES OPINIONS EXPRIMÉES SONT CELLES DE L’AUTEUR ET NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL
LAMETROPOLE.COM

UN RATAGE MAGISTRAL AU BYE BYE
ok