Dimanche, 28 août 2011

LES NEW YORKAIS SE PRÉPARENT AU PIRE...

Les rues normalement animées se sont vidées et le grondement des wagons de métro s'est tu. New York se préparait au pire, samedi, en prévision de l'ouragan Irene, qui menaçait de paralyser Wall Street et de faire subir à la métropole les plus lourds dommages de la part d'une tempête depuis au moins les années 1980.

 
Des responsables municipaux ont averti que si l'ouragan maintenait sa trajectoire, il serait accompagné de vents de 135 km/h pouvant faire voler en éclats les vitres des gratte-ciel. Ils ont ajouté qu'il existait une chance qu'une pointe d'intensité de la tempête dans le secteur du Bas-Manhattan puisse expédier de l'eau de mer dans le labyrinthes de voûtes souterraines qui soutiennent les câbles et tuyaux de la ville, provoquant d'importantes coupures de courant et paralysant la capitale financière du pays.

Le maire Michael Bloomberg a ordonné la première évacuation obligatoire à New York. Plus de 370 000 personnes vivant dans les zones de basse altitude de la ville, principalement dans le Bas-Manhattan, à Brooklyn et dans le Queens, ont reçu l'ordre de quitter leur domicile avant 17h, samedi. L'alerte à l'ouragan a été émise dans la ville vendredi après-midi, la première depuis la tempête Gloria en septembre 1985. Bien que M. Bloomberg ait fortement recommandé d'évacuer les zones dangereuses, il a également avisé que personne ne ferait de porte à porte pour s'en assurer.

Il appert, cependant, que plusieurs personnes ont décidé de ne pas suivre ses conseils. La ville avait ouvert plus de 90 centres d'évacuation pouvant accueillir environ 70 000 personnes au total, mais en soirée samedi, environ 5500 personnes, seulement, s'étaient présentées, ont indiqué des responsables. L'ensemble du service du métro a été suspendu en raison de la menace d'inondation des tunnels. Ce faisant, c'est la première fois de son histoire que le plus important service de transport en commun des É.-U. est interrompu en raison d'une catastrophe naturelle. Des sacs de sable et des bâches ont été placés par-dessus et autour des entrées de métro.

La chemise trempée par la pluie tombant sur Coney Island, le maire Bloomberg a dit espérer que tout cela n'était pas nécessaire, mais qu'il n'y avait aucune gloire à se croire plus fort que la tempête. Dans Times Square, les vitrines des magasins étaient placardées et l'artiste de rue connu sous le nom de Naked Cowboy, qui joue de la musique, vêtu uniquement d'un slip, d'un Stetson et de bottes de cowboy, portait un gilet de sauvetage. Les trois principaux aéroports de la région, LaGuardia, Kennedy et Newark Liberty, ont été fermés aux vols en arrivée dès samedi midi, et devaient être fermés aux vols en partance dès 22h samedi soir.

Source: PC
Soyez le premier à réagir à cet article.
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok