Vendredi, 5 juin 2015

HOT GIRLS WANTED, LA VÉRITÉ TOUTE NUE

Les vidéos ayant les mots «teen abused (adolescente abusée)» sont parmi les plus recherchés de toute la toile. 40 % des vidéos pornographiques en ligne contient de la violence envers les femmes.

 
J’ignore si je suis né pervers, mais je sais être né dangereusement curieux. Depuis longtemps, il est démontré que la curiosité est un signe d’intelligence, mais qu’en est-il du lien entre la curiosité et ses perversions? Les perversions seraient-elles au sexe ce que la curiosité est à l’intelligence? Un outil pour développer sa grandeur? Son pouvoir? Sommes-nous tous pervers à nos heures? Vicieux? Débauchés? Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour explorer vos fantasmes?

Le documentaire « Hot Girls Wanted » réalisé par Jill Bauer et Ronna Gradus,a suscité ce genre de questions chez ma personne. Présenté au Sundance Festival 2015, le documentaire dévoile l’envers de la caméra des films XXX et souligne les péripéties vécues par ces jeunes Américaines devenues actrices pornos. La caméra suit la carrière de 5 nouvelles actrices, mais plus particulièrement celle de Tressa Silguero, 19 ans, AKA Stella May.

Présenté comme un documentaire soulevant la polémique, nous sommes en droit de questionner la manière dont le film a été construit. Sans être pornographique, le filtre entre l’information et la provocation m’est apparu très mince dans ce film qui ne laisse personne indifférent. Il semble que les directrices de l’ouvrage aient choisi de montrer la vérité toute nue ou toute crue? C’est à vous de voir.
 
En effet, plusieurs scènes montrent les jeunes actrices dans leur plus simple appareil, sur leur lieu de travail ou en séance de photos osées. Des critiques pourraient dire que le contenant sert mal le contenu. Malheureusement, la censure rendrait le documentaire inutile. Pourquoi? Car sans ça, je ne l’aurais pas regardé, et vous?

Au-delà du contenant, le documentaire m’a appris plusieurs informations troublantes. Par exemple, chaque mois, les sites pornographiques enregistrent plus de visites uniques que Netlfix, Twitter et Amazon réunis ensemble. Les vidéos ayant les mots « teen abused (adolescente abusée) » sont parmi les plus recherchés de toute la toile. Troublant. 

Selon les sources du documentaire, 40% des vidéos pornographiques en ligne contiennent de la violence envers les femmes ou son humiliation. Ça fait mal.  

Quand il s’agit de paraphilie, de déviances sexuelles, il est important de faire la différence entre celles qui remontent à un traumatisme de l’enfance comme le masochisme et ceux comportant de la haine humaine et de la violence envers autrui, comme la pédophilie. En ce sens, et depuis l’évolution du « hard » dans la pornographie, nous sommes en droit de nous poser de sérieuses questions: où cela arrêtera-t-il? Déjà, nous savons qu’un consommateur de porno radicalisera ses choix de recherches, il commencera en regardant des vidéos de lesbiennes et finira en visionnant celui d’une femme qui se fait violer.

Pour ma part, je traite la porno comme un vice de consommation qu’il me faut réduire. Comme plusieurs, je connais en effet ces images torrides, mais trop souvent déviantes. Pire, mon premier réflexe après avoir vu « Hot Girl Wanted » aura été de chercher les vidéos dans lesquelles Stella May apparaît. Je ne suis pas hypocrite, je l’admets.

Par contre, je ne suis pas le seul pervers sur cette planète: oh non. En fait, tous réunis, nous sommes plus nombreux que toute autre population. Nous sommes les pervers de ce monde. Nous tous.

Ce qui est inquiétant, c’est que le « hard », les fellations forcées et le bondage deviennent chose banale dans l’industrie de la porno. Cette désensibilisation, nous la voyons tous. La femme-objet devient le fantasme de 40% des hommes. Bientôt, si nous ne mettons pas l’accent sur la prévention, le fantasme ultime d’un garçon ne sera pas de prendre la blonde aux yeux bleus de sa classe ou de faire un trip à trois avec deux jumelles. Son fantasme serra d'attacher une fille, de la prendre avec six camarades et de terminer… vous savez comment…

LES OPINIONS EXPRIMÉES PAR L’AUTEUR NE REFLÈTENT PAS NÉCESSAIREMENT CELLES DU PORTAIL DU GRAND MONTRÉAL LaMétropole.com.

SOCIÉTÉ MF

REJOIGNEZ-MOI SUR FACEBOOK


ÇA MANQUE DE COUPS DE POINGS S’A GUEULE
Love the trailer and I really delighted to see this impressive article which I need to explore more. Goa Escorts

Candice - 27 juillet 2017
for more information visit our website
Maharashtra Ration Card Online

http://www.rationcardinfo.in/maharashtra-ration-card-online/
Maharashtra Ration Card Online - 22 août 2017
Girl power is a slogan that encourages and celebrates women's empowerment, independence, and confidence
Phd dissertation writing service


petterson - 14 décembre 2017
Nom (pseudo)
Courriel (non-divulgé)
Lien Youtube
Réagissez à cet article.
Je désire m'inscrire à l'infolettre La Métropole.
Saisir les 5 caractères
ok